Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
KERFON LE CELTE...

KERFON LE CELTE...

Un homme à fables qui a plus d'un tour de conteur....

Partager cet article

Repost

Catégorie : Poesie

Ephémères rides...!

KERFON LE CELTE — Poésie

Réédition (05/12/2010)

 
***


Ephémères rides


 

 

Le bonhomme de neige

A fondu au soleil,

Ô ! Triste sacrilège,

Il était né la veille ;

Sa pipe, son chapeau,

Son faux nez, ses mitaines

Trempent au milieu de l’eau

Sous un ciel bleu-blanc-blême … 

 

KERFON LE CELTE

 

ligne.gif



 

 

Le cadeau de Noël...!

KERFON LE CELTE — Poésie



« Rest’oiseau » du cœur

(Le cadeau de Noël)

 

Un tout petit oiseau, à la silhouette frêle

Picotait mon carreau  un matin de Noël ;

Il n’avait pas en tête  de voir s’ouvrir ma porte,

Mais réclamait les miettes  que chaque jour j’apporte.

 

Il avait fait si froid  dans mon humble courette

Que les gouttes du toit  formaient des statuettes ;

Moi, j’étais bien au chaud,  devant la cheminée,

Savourant, sans un mot,  mon petit déjeuner.

 

Les Fées avaient permis  au minuscule oiseau

De traverser la nuit  pour troubler mon repos ;

Alors, ouvrant en grand  l’huis de ma cuisine

J’ai posé dans le vent  ma plus grosse tartine…

 

KERFON LE CELTE

 ligne.gif


pannedessens3089lp4.jpg


 

 

J't'M...!

KERFON LE CELTE — Poésie

J’t’M…!
 

 


Mais que sont devenus les tendres billets doux,

Ceux qui, simples ou confus, vous donnaient rendez-vous ?

Fermés par mille baisers ou bien sertis d’un cœur,

Ils étaient parfumés tel un bouquet de fleurs…

 

Le temps les a chassés, au diable la tendresse,

L’amour doit circuler en excès de vitesse,

Les mots sont superflus  pour se dire je t’aime,

Alors, je jette aux nues tous mes jolis poèmes…

 

Sur l’écran du portable s’inscrit le SMS,

Pour qu’elle soit transportable condensons la tendresse,

Amoureux du propos rangez vos porte-plume,

Le halo du allo est loin du clair de lune…

 

Je t’écrirai demain un tendre billet doux ;

Tant pis si les gamins se moquent un peu de nous ;

Fermé par mille baisers ou bien serti d’un cœur,

Il sera parfumé des mots porte-bonheur…


 



KERFON LE CELTE

(Mais..! de quoi j'me mail...)

 

 

 

 

 










 

 

 

Le champ de lavande...!

KERFON LE CELTE — Poésie

   

Le champ de lavande…

 

 bouquet-lavande.png

 Un clic et je vous offre ce beau bouquet de lavande....

 

 

Mireille et Jean-Mathieu ont un champ de lavande.

Il est si soigné que l’abeille en redemande.

A cette époque-ci, la chose est essentielle,

La vague bleue fleurie tangue sous le soleil…

 

Du matin jusqu’au soir - parfois même la nuit -

Le couple, d’un juchoir, veille avec jalousie ;

 Pensant de suite au dol à la vue des larrons,  

La chasse est de haut vol quand leur vient le bourdon…

 

Dans quelques jours d’ici, il faudra moissonner,

Ramasser les "épis " annonciateurs de " blé " ;

Les faucardeurs dépeints n’ont point l’âme gourmande

Mais, soyez au parfum : la lavande, ils la vendent…

 

 

KERFON LE CELTE

 

ligne.gif

 

 

 

Des cris en thème...

KERFON LE CELTE — Poésie

Texte tiré de "Panne des Sens"

 
Des cris en thème…!

null

 

Fidèle à la coutume,

Je cours au cimetière

Poser ma fleur des brumes

Dans les grands courants d’air ;

Confiant mon âme au glas

Je rythme ma prière ,

Puis je presse le pas :

 J’ai autre chose à faire…

 

Les Toussaint se ressemblent,

On se souvient... on s'aime...

Ce jour naît et je tremble

Seul, face aux crises en thèmes ;

Rien qu'un matin par an

 S'en remettre aux fleurs blêmes,

C’est peu, j'en suis conscient,

Mais c’est le cycle… Amen…!

 

KERFON LE CELTE

 


 

 

 

 

 


 



 

La dent de François...

KERFON LE CELTE — Poésie

La dent…

 

 

 

En ce moment, François se fabrique une dent

Et un papy se doit d’être compatissant ;

C’est une dent de lait, la première à venir,

Promises, il est bien vrai, à un court avenir…

 

Ses deux petites joues affichent le feu rouge,

Alors il fait la moue, mâchant tout ce qui bouge,

C’est un mauvais moment, être beau c’est souffrir

Et la gomme du temps dilue les souvenirs… !

 

Courage, mon trésor et surtout sois patient,

Y’a de pires maux dehors que le grand mal de dents ;

Très personnellement, quand mes dents me chamboulent,

Je me dis simplement : je voudrais être poule…

 

(A mon petit-fils)

KERFON LE CELTE

Y'a déjà plus de 3 ans de cela...!

 

ligne.gif

 

 

 

 

 

Volets fermés...

KERFON LE CELTE — Poésie

 


   

Volets fermés...

 


Photo kerfon le Celte



Les volets sont fermés depuis déjà longtemps,
La porte, entrebaillée, ne craint plus le grand vent ;
Le jardin, délaissé, s’offre à sa déraison,
La tortueuse allée n’est plus que liseron.


La sonnette a perdu son droit de carillon,
La barrière, tordue, s’est figée sur ses gonds ;
La boîte, sans ses lettres, est pleine à déborder,
Elle doit son mal-être à la publicité.
Dans la rue, les passants filent par habitude,
Autant de pas perdus sans la moindre inquiétude ;
Passent les gens pressés, le regard loin devant,
S’ouvrir sur le passé n’est plus dans l’air du temps.


L’endroit est solitaire, il garde son secret,
Ses vieux propriétaires sont partis à jamais ;
C’était un p’tit bonheur, un paradis d’oiseaux,
Demain un promoteur en fera des studios…

 

 
KERFON LE CELTE
 

 
ligne.gif
 
 
 
 

 

Morts de rire...

KERFON LE CELTE — Poésie

Texte déjà édité le 30/10/2008 et rien ne s'arrange...


Morts de rire... !

null

Photo Kerfon le Celte

 


Vers les cinq heures du mat, quand tout semble dormir,

Au sortir de la  boîte, ils étaient morts de rire ;

Ils partaient à la hâte vers un jour à venir :

Vers les cinq heures du mat, quand tout semble dormir…

 

Ils se sont entassés dans l’unique voiture,

La musique endiablée a scandé sa mesure ;

Le temps s’est empressé jusqu’à la démesure :

Ils se sont entassés  dans l’unique voiture…

 

Aucun n’est parvenu à rejoindre son port,

Ils étaient attendus… l’horloge tourne encore ;

Nul ne les verra plus, subsiste le remords :

Aucun n’est parvenu à rejoindre son port…

 

Vers les cinq heures du mat, quand tout semble dormir,

Au sortir de la  boîte, ils étaient morts de rire ;

Ils partaient, à la hâte, vers un jour à venir :

Au sortir de la boîte, ils étaient morts de rire…

 

 

KERFON LE CELTE

 

 

ligne.gif

L'albatros et l'hirondeau de mer...!

KERFON LE CELTE — Poésie


A vol d'oiseau…

(une vie de sterne)
 

 

null 

Pour en savoir plus sur l'oiseau,
Ctrl + clic sur l'image...



Un hirondeau de mer, féru Français/Latin,

Avait eu, de sa mère, le goût pour les bouquins.

Un jour, sur un écueil et livré à l’amer,

Il trouva un recueil signé C. Baudelaire

 

Jamais l’oiseau de mer - pourtant fort érudit -

N’avait lu un seul vers du poète maudit ;

Il se mit donc à lire avec ses yeux de gosse

Jusqu’à y découvrir son frère « L’albatros »…

 C’est ainsi qu’il apprit que l’homme était méchant,

Qu’il disposait des vies par simple amusement ;

Il gambergea alors qu’une pauvre hirondelle

Etait plus frêle encore que le planeur du ciel…

 

Le poète est semblable à l’oiseau rase-mer

Qui cherche, près du sable, à vaincre l’éphémère ;

Sur la folie du monde il virevolte en vain :

La terre n’est pas ronde… on y meurt en ses coins… !




KERFON LE CELTE




 

Texte primé par

Shanaweb.net.

(site ami à voir absolument)

 

 

 

Full art poétique...

KERFON LE CELTE — Poésie


Menaces à peine voilées

 

(Full art poétique)



 des_1.gif



Je n’ai pas le secret du monde de demain,

Sera-t-il noir de jais, sera-t-il blanc satin ?

Sera-t-il comparable à celui qui fut mien ?

Sera-t-il raisonnable ?  Ô Dieux…! J’aimerais bien…!

 

Quand je vois qu’on se bat pour un bout de chiffon

De soie, de taffetas ou de simple coton,

L’espoir de « va sans guerre » ancré dans mon esprit

Furtivement se terre et j’entends les fusils…

 

Ma petite Constance au moment où j’écris,

C’est à toi que je pense et pour toi que je prie ;

Si les dés sont jetés en ce qui me concerne,

Les tiens sont à jouer dans un avenir terne…


 

A ma petite-fille

KERFON LE CELTE


ligne.gif



 

 

 

 

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>