Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
KERFON LE CELTE...

KERFON LE CELTE...

Un homme à fables qui a plus d'un tour de conteur....

Partager cet article

Repost

Le rat des villes et le rat des champs (fable version KLC)

KERFON LE CELTE — FABLES

 

Cette fable a déjà été publiée le 08/01/2011 

 

Le rat des villes

et le rat des champs

(version Kerfon le Celte)

 

 

 null

 

 

Au coin de la rue Cent et de la rue d’Émile,

Un jour le rat des champs croisa le rat des villes ;

En ce lieu où tout casse affleure l’égout percé

Lors, nombre de rats passent y faire leur marché…

 

 « Chez toi, fit le bouseux, humer est un chagrin !

Sans mentir j’aime mieux respirer le purin ! 

Je ne sais pas comment tu peux te plaire ici,

En l’absence de vent tu risques l’anoxie… »

  « Ça ne sent rien du tout ! Surenchérit l’urbain,

A cette heure, il est fou d’oser parler parfums !

Reviens en matinée, quand coule l’eau des chiottes,

Là, je peux t’assurer que vraiment ça cocotte ! »

 

Mais le rat, grand chauvin, qui en avait trop dit

Jugea fort opportun d’adoucir son récit :

« Je dois te préciser que l’eau qui coule ici

Une fois épurée ruisselle dans ton puits ! »

  Le raton campagnard s'écroule en pâmoison.

Il se souvient, geignard, ses cours de natation.

Frappé d’hypocondrie il se souvient des tasses

Qu’il avait, dans le puits, avalées lors des brasses.

 

Déprimé le rongeur regagna ses pénates,

Un havre de senteurs sans se fouler la rate ;

Il partit en secret à la consultation

En jurant, désormais, de bannir les plongeons.

  Que l’on soit rat de ville ou encor rat des prés

Il est des débats vils qu’il convient d’éviter ;

L’égout et les odeurs ne se discutent pas,

Ce sujet ravageur ne plaît qu’aux scélérats.

 

 

KERFON LE CELTE

 

ligne.gif

 

 

 

 

 

Le greffon...

KERFON LE CELTE — Humour


Le greffon



J’ai appris, ce matin, en ouvrant mon canard,
Un truc qui pourrait bien n’être qu’un canular :
D’ici trois ou quatre ans, c’est à dire bientôt,
Le professeur Durand greffera les cerveaux.

Intrigué, je me dis  (en potentiel client)
Qu’à cette loterie il faut être prudent.
Coup d’œil autour de moi, souvenirs que je fuis,
Je sens déjà l’effroi de greffons bien précis…
Pour me donner confiance il me faudrait, je crois,
Pouvoir choisir d'avance l'organe qui m’échoit ;
C’est hélas impossible, au marché d’occasion
Il n’y a pas de cibles par anticipation…

Aimeriez vous, demain, entourés d’infirmières,
Vous réveiller soudain le crâne plein de vers ?
Voilà campée l’histoire et voici la question :
Pourriez-vous recevoir le greffon de Kerfon ?



(Pardon à la science)


KERFON LE CELTE

Clic...

ligne.gif

Article publié depuis Overblog

KERFON LE CELTE —

 

Le greffon...!

 

 

 

 

J’ai appris, ce matin, en ouvrant mon canard,
Un truc qui pourrait bien n’être qu’un canular :
D’ici trois ou quatre ans, c’est à dire bientôt,
Le professeur Durand greffera les cerveaux.

Intrigué, je me dis  (en potentiel client)
Qu’à cette loterie il faut être prudent.
Coup d’œil autour de moi, souvenirs que je fuis,
Je sens déjà l’effroi de greffons bien précis…
Pour me donner confiance il me faudrait, je crois,
Pouvoir choisir d'avance l'organe qui m’échoit ;
C’est hélas impossible, au marché d’occasion
Il n’y a pas de cibles par anticipation…

Aimeriez vous, demain, entourés d’infirmières,
Vous réveiller soudain le crâne plein de vers ?
Voilà campée l’histoire et voici la question :
Pourriez-vous recevoir le greffon de Kerfon ?

 


(Pardon à la science)

 

KERFON LE CELTE

 

 

 

Légitime défense...! (fable)

KERFON LE CELTE — FABLES

31/07/2011
   

Légitime défense…
 


 

    """Jannot lapin, kerfon le dépeint..."""

 


Jeannot, un lapin gris de la prairie des Ouches,

A trouvé un fusil et son lot de cartouches ;

Le fait n’est point bénin avant le coup de grâce : 

C'est tôt, demain matin, que débute la chasse.

 

chasseur.gif 

 

Jeannot est décidé à se servir de l’arme,

Il ne peut s'habituer à voir couler les larmes,

Il s’est documenté au Tribunal d’Instance

Où son droit est nommé légitime défense.

 

L’aube va se lever, Jeannot Lapin voit rouge.

Sa mission est fixée : tirer sur ce qui bouge.

Le premier des « viandards » foulant les capucines

Recevra, sans égard, son poids en chevrotines.

 

Le soleil se couche et voit cesser l’affût.

Le lapin, sous sa douche, est calme et détendu ; 

La fronde ayant couru partout dans le pays,

Nul chasseur n’est venu tuer dans la prairie.

 

D’aucuns vont me coller l’étiquette ‘’ barjot ‘’,

Pourtant j’offre l’idée à Brigitte Bardot :

Achetez des fusils, offrez-les aux lapins,

Vous calmerez ainsi tout un tas de crétins …  

 

KERFON LE CELTE



null 



 



 

Morts de rire...

KERFON LE CELTE — Poésie

Texte déjà édité le 30/10/2008 et rien ne s'arrange...


Morts de rire... !

null

Photo Kerfon le Celte

 


Vers les cinq heures du mat, quand tout semble dormir,

Au sortir de la  boîte, ils étaient morts de rire ;

Ils partaient à la hâte vers un jour à venir :

Vers les cinq heures du mat, quand tout semble dormir…

 

Ils se sont entassés dans l’unique voiture,

La musique endiablée a scandé sa mesure ;

Le temps s’est empressé jusqu’à la démesure :

Ils se sont entassés  dans l’unique voiture…

 

Aucun n’est parvenu à rejoindre son port,

Ils étaient attendus… l’horloge tourne encore ;

Nul ne les verra plus, subsiste le remords :

Aucun n’est parvenu à rejoindre son port…

 

Vers les cinq heures du mat, quand tout semble dormir,

Au sortir de la  boîte, ils étaient morts de rire ;

Ils partaient, à la hâte, vers un jour à venir :

Au sortir de la boîte, ils étaient morts de rire…

 

 

KERFON LE CELTE

 

 

ligne.gif

Le chien et le barbecue...!

KERFON LE CELTE — Humour

 

Le barbecue…


Photo privée Kerfon le Celte

 

« Au diable les croquettes ! »

Hurle soudain Milou

Qui craque l’allumette

Au bois du barbecue ;

« Moi, je fais la cuisine,

Toi, tu mets le couvert,

Dans un quart d’heure on dîne

Si le bois n’est pas vert ! »

 

C’est ainsi que mon chien

Me parle désormais,

Q.I cent quatre-vingts

Alors, il se permet ;

Il ressemble beaucoup

Au cabot de Devos,

Mais si... !  Souvenez-vous... !

Cette affaire de mol os…!

 

Bref ! Je me suis assis 

Devant le barbecue,

J’ai pris un "Suze-Cassis",

Mon clebs, un Malibu ;

J’ai ensuite attendu

Que fume l’andouillette

Puis, de l’ancien bahut,

J’ai sorti deux assiettes…

 

Le repas terminé,

Milou à fait salon

(Il ne peut se passer

 De sa télévision)

Et pendant qu’il suivait

 Un débat culturel,

Dans mon coin, très discret,

J’ai lavé la vaisselle…

 

 

KERFON LE CELTE




 

ligne.gif

 

 

 VOTEZ-LETOUT.jpg





La chanson de zeste...!

KERFON LE CELTE — Fantaisie

 

Chanson de zeste… !



null 

 
Un jour, près de Lannion, un gros citron fauché,

Fit soudain irruption chez son propre banquier.

« Pas un zeste !  Dit-il, vite je suis pressé ! »

Par ce cri, malhabile, il s'était dénoncé.

 

L’inspecteur Navarin, aussitôt dépêché,

S’écria : « c’est certain, ce braqueur est givré ».

Placé en garde à vue au quartier des citrons,

L’agrume, à bout de jus, restitua tous ses ronds.

Un juge d’instruction décida d’inculper

Estimant qu'un citron est bon pour la Santé ;

Dans la morne prison où l’amour est sucré,

Les journées, sans bourgeons, furent acidulées. 

Après la Saint Lilas, quand le printemps s’éveille,

Le reclus recouvra les rayons du soleil.

Le temps de voir mûrir une année de récolte,

Avait su le  guérir de sa manie des colts.

 

C’est entre deux tournées, au bar des Mandarins,

Que l’ex forcené me narra ses pépins.

Selon la prescription, cette histoire est gommée : 

Désormais le citron plonge dans mon Perrier…

 

KERFON LE CELTE




 null

ligne.gif


 

L'albatros et l'hirondeau de mer...!

KERFON LE CELTE — Poésie


A vol d'oiseau…

(une vie de sterne)
 

 

null 

Pour en savoir plus sur l'oiseau,
Ctrl + clic sur l'image...



Un hirondeau de mer, féru Français/Latin,

Avait eu, de sa mère, le goût pour les bouquins.

Un jour, sur un écueil et livré à l’amer,

Il trouva un recueil signé C. Baudelaire

 

Jamais l’oiseau de mer - pourtant fort érudit -

N’avait lu un seul vers du poète maudit ;

Il se mit donc à lire avec ses yeux de gosse

Jusqu’à y découvrir son frère « L’albatros »…

 C’est ainsi qu’il apprit que l’homme était méchant,

Qu’il disposait des vies par simple amusement ;

Il gambergea alors qu’une pauvre hirondelle

Etait plus frêle encore que le planeur du ciel…

 

Le poète est semblable à l’oiseau rase-mer

Qui cherche, près du sable, à vaincre l’éphémère ;

Sur la folie du monde il virevolte en vain :

La terre n’est pas ronde… on y meurt en ses coins… !




KERFON LE CELTE




 

Texte primé par

Shanaweb.net.

(site ami à voir absolument)

 

 

 

Étron, étron, petits pas tapons...

KERFON LE CELTE — FABLES


Étron, étron, petits pas tapons…
 


 

 

 

Une crotte de chien, sur un trottoir pentu,

Priait pour qu’un clampin lui pose un pied dessus ;

Que ce panard sauveur soit de gauche ou de droite

Importait peu pour l’heure à la chose encor moite.

 

Quelques pompes croisaient martelant le pavé

Sans produire l’effet grassement escompté ;

Un grand soleil frappait jusqu'à faire suer

Et l’étron commençait vraiment à s’emmerder.

 

Comme vous le savez les pieds sont différents,

Ils sont mignons, légers, plats, palmés ou très grands,

En cet endroit d’errance, ils allaient tous par deux,

Offrant toutes les chances au rendez-vous moelleux.

 

Un fin talon aiguille aurait pu l’emporter

Mais un bris de cheville avait tout fait foirer ;

Un crasseux brodequin passa aussi fort près,

Sans un écart soudain le collage était fait.

 

L’étron dut son voyage à un soulier verni,

Un vieux croco très sage aux lacets attendris,

Il aurait préféré, pour que ce soit la fête,

Partir se balader au pied d’une basket…

 

On n’choisit pas toujours son moyen de transport ;

Parfois, pour faire un tour, il faut s’armer d’effort :

Tiens ! Je pars au boulot et mon train ne vient pas,

 Grève des cheminots, je suis dans le caca…

 

 

KERFON LE CELTE


 



ligne.gif

 

 


 

Né S.D.F...!

KERFON LE CELTE — Fantaisie

 

Je suis né S.D.F… !

 

 

null 

 

 

Fils de Pierre-Joseph et de Pia De Cristo,

Je suis né S.D.F

Près de Monte-Carlo…

 

Ma vie est sans relief, j’ai tout ce qu’il me faut,

Je suis né S.D.F :

 Ce n’est pas un cadeau…

 

J'arpente, sans grief, les rues de Monaco,

Je suis né S.D.F :

 La vie à fleur de peau…

 

Pourcentages, bénefs, me font ni froid ni chaud,

Je suis né S.D.F :

 Compter n’est pas mon lot…

 

Déjouer l’ISF est un jeu de bobos,

Je suis né S.D.F :

 En franchise d’impôts…

 

Je vais épouser Steph, nous aurons deux minots,

Ils seront S.D.F(*) :

 La vraie vie de château…

 

(*) = Sans  Difficultés Financières.

 

KERFON LE CELTE


null

 


 





<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>