Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
KERFON LE CELTE...

KERFON LE CELTE...

Un homme à fables qui a plus d'un tour de conteur....

Partager cet article

Repost

J't'M...!

KERFON LE CELTE — Poésie

J’t’M…!
 

 


Mais que sont devenus les tendres billets doux,

Ceux qui, simples ou confus, vous donnaient rendez-vous ?

Fermés par mille baisers ou bien sertis d’un cœur,

Ils étaient parfumés tel un bouquet de fleurs…

 

Le temps les a chassés, au diable la tendresse,

L’amour doit circuler en excès de vitesse,

Les mots sont superflus  pour se dire je t’aime,

Alors, je jette aux nues tous mes jolis poèmes…

 

Sur l’écran du portable s’inscrit le SMS,

Pour qu’elle soit transportable condensons la tendresse,

Amoureux du propos rangez vos porte-plume,

Le halo du allo est loin du clair de lune…

 

Je t’écrirai demain un tendre billet doux ;

Tant pis si les gamins se moquent un peu de nous ;

Fermé par mille baisers ou bien serti d’un cœur,

Il sera parfumé des mots porte-bonheur…


 



KERFON LE CELTE

(Mais..! de quoi j'me mail...)

 

 

 

 

 










 

 

 

Une simple histoire décapode...!

KERFON LE CELTE — FABLES

Sujet déja publiée le 03/11/2010
 

Histoire décapode… !

 


  

Je vais vous raconter - n'y voyez point le mal -

Une histoire frappée du secret médical.

Je sais qu’il est mesquin de colporter (*) ainsi

Les maux de ses voisins pourtant, je ferai fi !

 

Un jour, une crevette, habillée rose et gris,

Sortit de sa cachette à deux heures et demie ;

Elle eut été émue d’arriver en retard

Trois rue du Gros Merlu, chez le docteur Omar. 

 

Miraculeusement, le bus était à l’heure

(D’où le contentement de tous les voyageurs) ; 

Lors, la fille des flots entra au son du bip

Dans le pompeux bureau de l’éminent toubib.

 

Noyé dans sa pudeur, le joli crustacé

Ne montra point d’ardeur à se déshabiller ;

« Mais décortiquez-vous » lui intima Omar
 « J’ai d’autres rendez-vous… et je suis en retard ! »

 

L'impétueuse nageuse fit voler le satin

Pour se livrer, pulpeuse, aux yeux du médecin.

Ce dernier l’ausculta et, sans bouquin ni sueur,

Bien vite devina  l’objet des haut-le-cœur :

 

« Ma petite crevette vous devez vous douter,

Ce jour est jour de fête : vous allez enfanter ! »

La belle fut surprise et mesura l’effet : 

Une crevette prise ! Ah ! Ça c'est le bouquet ! (**)

 

(*) La crevette lésée pourrait se faire assister d'un avocat... 

 

(**) = Autrement dit palémon…

 


KERFON LE CELTE







 

 
 

Le champ de lavande...!

KERFON LE CELTE — Poésie

   

Le champ de lavande…

 

 bouquet-lavande.png

 Un clic et je vous offre ce beau bouquet de lavande....

 

 

Mireille et Jean-Mathieu ont un champ de lavande.

Il est si soigné que l’abeille en redemande.

A cette époque-ci, la chose est essentielle,

La vague bleue fleurie tangue sous le soleil…

 

Du matin jusqu’au soir - parfois même la nuit -

Le couple, d’un juchoir, veille avec jalousie ;

 Pensant de suite au dol à la vue des larrons,  

La chasse est de haut vol quand leur vient le bourdon…

 

Dans quelques jours d’ici, il faudra moissonner,

Ramasser les "épis " annonciateurs de " blé " ;

Les faucardeurs dépeints n’ont point l’âme gourmande

Mais, soyez au parfum : la lavande, ils la vendent…

 

 

KERFON LE CELTE

 

ligne.gif

 

 

 

Son de cloche en CDI...!

KERFON LE CELTE — Humour


Offre d’emploi... !
   


 


  
L’église de Calais r
emplace son bedeau ;

    L'homme doit être laid, fort mais très rigolo…  

    Le C.D.I en poche, il aura pour besogne 

De se taper la cloche :  Qui rit est laid : il sonne...!

 


* 

Ô !  Seigneur, prends pitié...

*
 


KERFON LE CELTE


 

 

 

 

 

 

Cailloux, choux, genoux, hiboux, joujoux, poux...!

KERFON LE CELTE — Humour

  13/11/2012

 

Cailloux, choux, genoux,

hiboux, joujoux, poux…!

 

 

 

 

Dans l’autocar, sur « Lou », j’ai vu passer un pou

Qui  marchait à genoux tant il était à bout…

Normal ! Car quand sur « Lou » un pou de car y bout

D’emblée « Piou », la nounou, lui en passe le goût …

 

Sans vouloir jusqu’au bout les critiquer en tout,

J’affirme que les poux ne sont point casse-cou ;

Ce sont des êtres mous, migrant du brun au roux,

Qui jouissent quand se nouent cent poils sous un burnous…

 

Pour voir deux ou trois poux se donner rendez-vous,

Il faut, par-dessus tout, des poils sur le caillou ;

Chauve, qui peut beaucoup, est ici dans les choux :

Pour y poser ses clous, un coin doux plaît au pou…

 

Pour la survie des poux, « la » pou a un époux

Equipé d’un biniou valant quatre cents coups ;

L’épouse et son né pou, bien qu’ici décrits mous :

Dans vos longs cheveux fous copulent sans tabou…

 

Dans l'autocar, sur « Lou », j’ai vu passer un pou

Qui marchait à genoux tant il était à bout ;

Si, sous vos chapeaux mous, des chatouilles vous hantent

D’urgence méfiez-vous : pou, sous coupe, vaut lentes…

 

 

KERFON LE CELTE

 

ligne.gif

 

 

 

     

 

Une histoire acidulée...!

KERFON LE CELTE — FABLES

 Texte extrait de " Panne des Sens "...

 

 


Histoire acidulée… !

 


  null


La jolie Ludivine,

 Aigrette de son état,

Dans la gadoue piétine,

En quête d’un repas.

L’imposant Patapon

Héron, bien gros bien gras,

Amateur de jupons

Lui propose un en-cas.

 

« Tu es divine Aigrette,

Et, pour un mot de toi,

Je suis prêt à la diète ;

Viens vite sous mon toit. »

Très avisée l’Aigrette,

Repousse l’estocade :

Elle ne se sent pas prête

A gober des salades.

 

Aigrettes de tous poils,

Méfiez-vous des hérons

Prêts à sortir la poêle

A la moindre occasion ;

Mais si vous succombez

Au flatteur et ses vers,

A l’heure du déjeuner

Exigez le couvert… !

 

KERFON LE CELTE



null






 

Météo, mets tes bottes...!

KERFON LE CELTE — Fantaisie


Il pleut, il pleut, je gère… !
 

 

C’est vrai qu’il pleut souvent sur mon coin de Bretagne,

Que Dieu, postillonnant, fait verdir la campagne ;

C’est vrai que les nuages envahissent le ciel,

Mais rendons-leur hommage : point de pluies torrentielles !

 

Ce matin, c’est ainsi, mais qu’à cela ne tienne,

Je prends mon parapluie  et je m’en vais quand même…

Par chez moi, dans les rues,  circule un vieux dicton :

« La pluie, en continu, ne mouille que les cons… »

 

KERFON LE CELTE







 

Comme on fait son lit... on se couche...

KERFON LE CELTE — Humour

27/10/2012 

Comme on fait son lit

on se couche… !

 

 

 Cliquez sur l’âne pour avoir du son…

 

Nb : L'auteur de cette vidéo s'est un peu emmêlé les crins,

vous voudrez bien lire

 " Âne qui brait "

 

 

Dans l’infâme écurie d’un ânier exploitant,

L’onagre est en furie et s’en ouvre aux passants ;

Equidé d’équité, un sujet le tenaille :

« Pourquoi doit-il coucher sur un ballot de paille ? »

 

Nul ne peut lui cacher qu’au grand cirque « Plein d’air ® »

Un « pyjama strié » hurle quand la gale erre ;

L’âne s’en mord les mors, la question est posée :

« Pourquoi ce zèbre dort sur de beaux os rayés… ? »

 

Les cris vont crescendo dans l’infâme écurie.

Et ce lieu de repos prend ses airs d’incurie.

Le fait ne peut durer tant il remue les tripes :

L’âne est, vous le savez, à ch’val sur les principes…

 

Aniers,  n’attendez pas que l’baudet se rebelle,

Il peut, d’en haut du bât, vous sortir l’opinel ;

Il a dit l’autre jour au bardot, son cousin :

« J’exige du velours sinon j’en traverse un… ! »

 

KERFON LE CELTE

 

ligne.gif

 

 

 

J'ai entendu des voix...!

KERFON LE CELTE — Humour

Texte  qui, déja édité le 21/02/2009,

reste malheureusement d'actualité...


La voix… !

 null

telephones026.gif  Passez-moi le Celte, s'il vous plaît...!

 

 

En gardant mes moutons, j’ai entendu la voix

Qui me disait : « Kerfon !  C’est l’heure ! Lève-toi !

Cette fois point d’Anglais à bouter hors de France

Mais un mal, bien français, à traiter en urgence … !

 

Le malaise est profond dans le Gouvernement,

Ceux qui sont en fonction sont des incompétents ;

Ils s’emplissent les poches et détournent tes sous,

Sans peur et sans reproche ils n’en font qu’à leur goût... !

 

Il te faut, cher Kerfon, faucher les fleurs du mal ;

Tu laisses tes moutons et tu prends ton cheval ;

Tout le monde t’attend, la rue chante son blues,

Tu seras Président avant fin 2012… ! »

 

Je me suis demandé d’où venait cette voix

Qui m’avait retrouvé au milieu de mes bois ?

J'en ai déduit, flatté, qu’avec tact et sagesse

Dieu m'avait programmé sur son grand G.P.S.

 

Jeanne d’Arc avant moi, recevant cet appel,

Avait, conforme au droit, jailli dès l'étincelle ;

 Un peu plus tard j’ai su qu’au milieu d’un bûcher

Elle offrait sa vertu contre un brave pompier.


 

 

Je n'ai, finalement, pas écouté la voix,

Mon petit champ bêlant m'offrait assez de joie.

J'ai donc laissé filer pour mieux reprendre haleine

Cet emploi réservé à un croquemitaine… !


KERFON LE CELTE





 ligne.gif

 

 

  VOTEZ-LETOUT.jpg

 

 

La plume ne fait pas l'oiseau...(fable)

KERFON LE CELTE — FABLES

 

 

 

       La plume   ne fait pas l'oiseau...

 

 

 

cormoran

 

Mon style haut en couleur fustige un porte-plumes...

             Suivez-moi, chers lecteurs, au pays de Neptune…

 

 

 http://www.gif-anime.org/im/gif/oiseaux/mouettes/mouettes6.gif

 

Bousculé par les vents un soir de pleine lune,

Un prince cormoran avait perdu ses plumes ;

Pour l’oiseau en costar, grande était l’infortune :

Il avait un rencard avec une vraie brune…

 

Pris - comme on dit de court -, par cet évènement,

Le dragueur eut recours à des plumes de paon ;

Faisant fi des longueurs qui lui pendaient aux fesses,

Il partit, haut les cœurs, rejoindre la drôlesse…

Je vous précise ici que ces plumes de traîne

N’étaient point assorties avec le teint d’ébène

Mais elles présentaient cet avantage fou

De pouvoir, au rabais, se transformer en roue…

Lors le cormoran vint, filant à tire d’aile,

A l’abri des embruns où l’attendait la belle ;

Elle avait le moelleux si justement placé

Que même un grand bigleux n’aurait pu la manquer.

Les sens exacerbés, l’oiseau, n’en tenant plus

Malmena sa livrée réparée à la glu,

Il entreprit d’emblée, pour s’assurer le coup,

Brusquement de frimer en faisant une roue…    

Soumises à la pression les plumes retombèrent

Laissant le fanfaron dénudé comme un ver ;

La miss se mit à rire et quitta l’impotent

Pour s’en aller querir un autre soupirant… 

      

Cette histoire, messieurs, vous fera réfléchir

Quand, fiers comme des dieux, vous partirez séduire ;

Si vous compter user de rectrices surfaites,

Au moment de frimer, craignez que vos roues pètent…

 

 

KERFON LE CELTE

 

ligne.gif

 

 

 

 

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>