Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
KERFON LE CELTE...

KERFON LE CELTE...

Un homme à fables qui a plus d'un tour de conteur....

Partager cet article

Repost

Os courts...!

KERFON LE CELTE — Humour

  

Os courts…. !

 

 

 

Cette fiction  est entièrement vraie, puisque je l'ai imaginée du début à la fin.

 

Au sein du cabinet du docteur «Guetteautrou »,

« Blondinette » est sans voix, tremblante en un corps mou ;

La demoiselle souffre d’un puissant mal sans nom,

Bien qu’encor en le gouffre, elle en sait la raison…

« Ma chère blondinette, explique le docteur,

Votre santé m’inquiète et j’ai pour vous des sueurs ;

Vous souffrez, sûrement - tirons la chose aux glaires -,

D’un grave épanchement du côté des ovaires… »

 

La mauvaise nouvelle inquiète la donzelle.

Cette annonce cruelle embrume son rimmel.

Cependant, en son for, la question qui la mine

Est sans réel rapport avec le mal intime.

« Comment donc ce docteur, aussi ainsi soit-il,

A-t-il pu voir l’erreur en mirant son pistil ?

Pour visionner les os, savoir leur coloris,

Il faut une radio autre que noir et gris… »

 

Au parti écolo la belle blonde adhère

Et cette histoire d’os n’est pas mise en lumière ;

« Mamère » qu’on voit danser le long des golfes clairs

N’a jamais dénoncé le souci des os verts… !

« Mais quel est donc ce mal » ? S’inquiète encor la belle

Qui craint - et c’est normal - devenir arc en ciel,

Du vert ! Passe encor ! C’est conforme à ses vœux,

Mais quel sera son sort si le vert vire au bleu… ?

 

L’histoire finit bien, ne soyez pas morose.

Elle est, diront certains, souillée à l’eau de roses,

Les goûts et les couleurs ne se discutent pas :

Plus fou que moi tu meurs… si tumeur c’est sans moi…

 

KERFON LE CELTE

 

ligne.gif

 

 

 

 

 

 

Vers uniques sans son...!

KERFON LE CELTE — FABLES

  20/05/2012

*****

 

    Vers uniques sans son…!

 

anes-11.gif

 

(Existe-t-il un risque à faire l’âne pour avoir du son ?)

 

L’âne que Mathurin charge très haut en bâts,

Depuis huit jours devient à cheval sur ses plats ;

Hier, s’il semait du foin pour obtenir du son,

Aujourd’hui, pour ce grain, son dégoût est profond…

 

S’il préfère être à jeun qu’avaler les augées,

C’est qu’avant tout il tient à garder la santé ;

L’ânier n’en fait pas cas et justifie, habile,

Qu’un poids sur l’estomac nuit à la charge utile…

 

« Simple panne de son !  » rumine le véto

Qui connaît la chanson et les crises des maux :

« Quand un baudet à faim mais boude sa ration

C’est simplement qu’il craint la mort du nourri son… »

 

KERFON LE CELTE

 

 

ligne.gif   

 

  

 

30 décembre 2015...

Kerfon Le Celte —
30 décembre 2015...

30 décembre 2014...
Il était une fois dans l'Ouest...

La mort des oiseaux

Kerfon Le Celte —

La mort des oiseaux

Le soir, au coin du feu, j'ai pensé bien des fois
À la mort d'un oiseau, quelque part dans les bois.
Pendant les tristes jours de l'hiver monotone,
Les pauvres nids déserts, les nids qu'on abandonne,
Se balancent au vent sur un ciel gris de fer.
Oh ! Comme les oiseaux doivent mourir l'hiver !
Pourtant lorsque viendra le temps des violettes,
Nous ne trouverons pas leurs délicats squelettes
Dans le gazon d'avril où nous irons courir.
Est-ce que les oiseaux se cachent pour mourir ?

François Coppée
(1848-1902)

François Coppée / poésie / La petite marchande de fleurs

Kerfon Le Celte —

La petite marchande de fleurs. ..

François Coppée...
(1848-1902)

Le soleil froid donnait un ton rose au grésil,
Et le ciel de novembre avait des airs d'avril,
Nous voulions profiter de la belle gelée.
Moi chaudement vêtu, toi bien emmitouflée
Sous le manteau, sous la voilette et sous les gants,
Nous franchissions, parmi les couples élégants,
La porte de la blanche et joyeuse avenue,
Quand soudain jusqu'à nous une enfant presque nue
Et livide, tenant des fleurettes en main,
Accourut, se frayant à la hâte un chemin
Entre les beaux habits et les riches toilettes,
Nous offrir un bouquet de violettes.
Elle avait deviné que nous étions heureux
Sans doute, et s'était dit : “ ils seront généreux ”.
Elle nous proposa ses fleurs d'une voix douce,
En souriant avec ce sourire qui tousse,
Et c'était monstrueux, cette enfant de sept ans
Qui mourait de l'hiver en offrant le printemps.
Ses pauvres petits doigts étaient pleins d'engelures.
Moi, je sentais le fin parfum de tes fourrures,
Je voyais ton cou rose et blanc sous la fanchon,
Et je touchais ta main chaude dans ton manchon.
Nous fîmes notre offrande, amie, et nous passâmes ;
Mais la gaîté s'était envolée, et nos âmes
Gardèrent jusqu'au soir un souvenir amer.
Mignonne, nous ferons l'aumône cet hiver.

Premiers flocons....

KERFON LE CELTE — Fantaisie

 

 

Premiers flocons…!

 

 

 

 

 

« Il faudrait vous bouger… ! » beugle le beau Régis

Qui se trouve coincé sur l’autoroute A.6,

La neige a recouvert le ruban de goudron :

Un camion, en travers, lui bouche l’horizon…

 

« Mais que fait la police ! » ajoute-t-il soudain

Alors que ses roues glissent et s’amusent des freins,

« Expliquez-moi pourquoi, en ces journées frileuses,

Personne ne prévoit l’action d’une saleuse ? »

 

Mais Régis est bloqué, beugler ne sert à rien ;

Face à l’adversité, il doit ronger son frein ;

Quand tombe la poudreuse une pause s’impose,

La brèle la plus creuse aurait compris la chose…

 

Pourtant Régis insiste, il crie, il vocifère,

Interdit sur sa piste, il attend, il espère,

Nous sommes samedi et il a tant à faire :

Coincé dans son Audi®, il part aux sports d’hiver…

 

KERFON LE CELTE

 

ligne.gif

 

 

 

 

 

Kerfon Le Celte shared David Frison's photo.

Kerfon Le Celte —
Kerfon Le Celte shared David Frison's photo.

« Breizhou le korrigan » - 2ème opus du trio Pilhaouerien

Kerfon Le Celte —

J’ai passé une super année ! Merci d’y avoir...

Kerfon Le Celte —

J’ai passé une super année ! Merci d’y avoir contribué.

Un sapin pour Noël...

KERFON LE CELTE — Fantaisie


Un sapin pour noël...



 

 

 

Voici venir Noël, je vous sais face au choix

De la chose essentielle ornant un chaud chez-soi …

La question est critique alors vous hésitez

Entre l’arbre en plastique et le sapin coupé.

 

J’entends d’ici pester toutes les mélusines

Que je sais contrariées quand tombent les épines ;

Aussitôt je suppose que, pour ces allergiques,

Le seul choix qui s’impose est le « sapin plastique  » …

 

J’entends se lamenter ces ronchons qui fulminent

A la vue des fumées des cheminées d’usines ;

Aussitôt je suppose que, pour ces tendres âmes,

Le seul choix qui s’impose est le « sapin Nordmann ». *

 

En ce qui me concerne, oyez mon sentiment :

Le faux sapin est terne et l’autre est un mourant ;

Mais puisqu'il faut choisir comme tous les gogos,

J'opte donc, sans faillir, pour un « sapin Monbeau ® »…

 

KERFON LE CELTE



 

ligne.gif