Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
KERFON LE CELTE...

KERFON LE CELTE...

Un homme à fables qui a plus d'un tour de conteur....

Partager cet article

Repost 0

L'infernale machine à remonter le temps...

KERFON LE CELTE — Fantaisie

 

L'infernale machine

à remonter le temps…

 

 

 

 

J’ai basculé sur « In » le bouton rouge et blanc

De « l’intellect-machine » à remonter le temps ;

Le tambour a tourné, très vite et à l’envers

Pour me catapulter cinquante ans en arrière…

Un « Général » criait à un peuple ébahi :

« Françaises et Français, euh…!  Je vous ai compris ! »

Un nommé « Halliday » poussait ses premiers cris 

Et sottement cherchait à retenir la nuit

 

C’était le temps bleu-gris de l’école primaire,

Quand le maître avait dit, y’avait plus rien à faire,

Il avait pour manie de frapper sur les doigts :

Sitôt vu sitôt pris… c’était bien fait pour toi…

Nul n’aurait eu l’idée, étant né petit diable,

D’oser me demander le poids de mon cartable,

Mes parents m’avaient fait avec deux pieds deux bras,

Harnaché je marchais… que je le veuille ou pas…

Nul ne me demandait si j’étais fatigué,

Si deux jours suffisaient pour me régénérer,

Même que, quelques fois, pour n’avoir rien compris,

Certains m’offraient le droit de venir le jeudi (*)

Nul ne se demandait, par peur d’être taxé,

Si les bouquins pouvaient nuire à ma puberté,

Pour cet oubli vicié, vraiment je remercie,

Je n’ai pas eu l’idée de virer ma cuti…

 

J’ai placé sur « arrêt » le bouton rouge et blanc

Et rangé les regrets du courage d’antan ;

Le « Général » n’est plus, un nabot le remplace

Et  « Johnny » ne peut plus stopper le temps qui passe…

 

(*) = En cette belle époque, les jeudis étaient les actuels mercredis…

(et quand je dis jeudi, je dis jeudi…)

 

KERFON LE CELTE

 

ligne.gif

 

 

 VOTEZ-LETOUT.jpg 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Galet 16/02/2013 19:15


Souvenirs, souvenirs, je vous retrouve en mon coeur... Pas de cartable trop lourd, en mon jeune temps ! Juste le nécessaire pour faire les devoirs du soir, le reste dormait à l'école, dans le
casier sous l'abattant du pupitre. Mais il fallait veiller à toujours recharger en eau la petite éponge ronde, dans sa boîte en plastique qui finissait rarement l'année... Comme l'ardoise,
parfois, et son crayon dans son étui de ferraille. Mais là, je vous parle d'un temps...

josette 16/02/2013 11:02


il faut justifier les salaires des commissions d'experts qui n'ont jamais rien fait que de savoir si le cheveu coupé en 4 l'est dans la longeur ou l'épaisseur...et les facs fabricant plus qu'une
usine des diplomés de psycho-social qui EUX comprennent je ne sais quoi de toute façon l'enfant passera de 7 h 30 à 19 h en lieu scolaire ou "péri-scolaire"


Lamartine s'est noyé dans son lac et mes regrets aussi


nous avons les média que l'on mérite et ce sont elles qui manipulent le café du commerce !


bon WE quand même sieur Kerfon 

Quichottine 16/02/2013 10:50


De mon école primaire je n'ai aimé que quelques classes... pourtant j'ai adoré y revenir.


Il ne faut pas toujours retenir le temps, il passe et il faut en garder le meilleur.


Des jeudis de mon enfance, je suis passée aux mercredis... et j'aime toujours les livres. :)


 


Sujet d'actualité. Finalement, c'est une bonne chose que d'en parler.


Douce et belle journée, Kerfon.

midolu 16/02/2013 10:32


Je ne sais pas s'il aurait été bien de " retenir " le temps. Pour certaines choses, sans doute. Mais le sable du temps doit s'écouler et reculer le moment ne ferait qu'accroître les blessures et
les regrets éventuels.


J'ai aussi connu l'époque du jeudi vacant, mais je me plaisais à l'école. 


Bises, Kerfon. Bon samedi.