KERFON LE CELTE...

KERFON LE CELTE...

Un homme à fables...

Partager

GlucoBurner | Un nutritionniste a fait maigrir une ville entière

Kerfon Le Celte —

http://m.glucoburner.com/murier-japonais-accueil/?code=aid85ey925y

Brûlez vos kilos en trop, faites vous incinérer. ..

Ces chaussons si chauds sont chics...

Kerfon Le Celte —
Ces chaussons si chauds sont chics...

J'en ai rêvé, Jeannot l'a peint....

Kerfon Le Celte —
J'en ai rêvé,  Jeannot l'a peint....

Création marine...

KERFON LE CELTE — Poésie


Création marine…

 






Un jour, Dieu fit la mer, les vagues, les poissons,
Les îles solitaires au bout de l'horizon,
Puis il créa les ports, les jetées, les bateaux,
Les spis multicolores et les hordes d'oiseaux.

Quand il eut terminé de poser le décor,
Sans un temps pour souffler il redoubla d’efforts ;
Il avait les cirés – couleur jaune poussin -
Alors, pour les porter, il créa les marins.


Il manquait quelque chose et Dieu aime parfaire,
Tout lui semblait trop rose en des vagues légères,
Alors il eut l’idée, pour bousculer la fête,
Contre vents et marées d’inventer la tempête…

 

 


KERFON LE CELTE



ligne.gif

 

 

 




 

 

Le bulletin scolaire...!

KERFON LE CELTE — Humour

10/10/2010 

 

 

Le bulletin scolaire…

(En ce temps là Jésus…)

 

 


 

 

 

    « Jésus  », tout en priant, s’en revient de l’école ;

Il le sait maintenant, la soirée sera folle ;

Il cache en son cartable un mauvais bulletin

    Que son père, intraitable, étudiera sans fin …

 

« Joseph », bien qu'indulgent, s'offusque des zéros ;

Il le dit à l'enfant, étayant son propos :

« Pourquoi autant d’erreurs aux compos additions

Alors que, sans erreur, tu comptes les poissons ? 

 

  Poursuivant l’analyse, à la ligne du sport,

Le père s’électrise accablé par le sort :

« A la brasse-coulée tu te chopes un zéro

Alors que chacun sait que tu marches sur l’eau ! » 

 

Puis paraît l’aléa  de l’interro de sciences ;

Disséquant un gros rat, « Jésus » a fait silence :

« Comment fais-tu, petit, pour récolter un deux

Toi qui, sans bistouri, soulage les lépreux ? »

 

        « Joseph » en est conscient, son fils doit se reprendre ;

Il le dit clairement, le tort serait d’attendre :

« Si, dans les prochains mois, le mieux tarde à venir

Tu peux faire une croix sur un bel avenir. »

 

 

KERFON LE CELTE

 

 

 ligne.gif 

 

 

 

 

 

 

Le quidam et la souris.... (fable)

KERFON LE CELTE — FABLES

28/08/2013

 

Le quidam et la souris…

(Fable à peine puisée à l’eau de la Fontaine…)

 

http://imworld.aufeminin.com/story/20130224/metro-daumesnil-12656_w1000.jpg 

 

NDLR : Ce récit est une œuvre de pure fiction.

Par conséquent toute ressemblance avec des situations réelles

ou avec des personnes existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite

 

Un quidam ayant chapardé tout l’été,

Se trouva fort dépourvu

Quand l’métro fut interrompu :

Plus l’ombre d’un petit euro

Pour faire clapper moult loupiots.

 

Il s’en alla donc voir Cécile

Au « Ministère des Jérémiades  (*) »

En insistant pour qu’elle lui file

Un peu du blé de contribuables…

 

« J’vous le rendrai, affirma-t-il,

Quand le métro, rue Daumesnil

Toujours en travaux, rouvrira

Et que j’y referai choux gras… !

 

Cécile - qui n’est point généreuse -,

Sait pourtant être dispendieuse

Avec l’argent que des bêtas

Versent en chèques ou par mandat…

 

-Mais ! Que fais-tu dans le métro ?

Demanda-t-elle au sans fafiot

Qui déjà ouvrait son cabas

Pour y remiser les ducats…

 

- Nuit et jour, vite fait bien fait

A l’aide de grappes d’ados

Je vole ce con de Français

Avant qu’il se tue au boulot… !

 

-Si tu le voles quand je l’impose

Sans qu’il sache de quoi qu’on cause,

Rien d’étonnant qu’il soit morose !

 

(*) Appellation d’origine incontrôlée

 

KERFON LE CELTE

 

Attention : Si vous avez lu ce texte dans le métro, il est fort possible que pendant

Le cours laps de temps consacré à la lecture vous vous soyez fait tirer votre larfeuille….

 

ligne.gif

 

 

 

Le corbeau, le lapin et le renard.(fable de kerfon ten)

KERFON LE CELTE — FABLES

    Texte extrait de mon recueil

 "Panne des Sens®

 

****** 

 

Le corbeau, le lapin et le renard....

 

 

 

null

 

 

Un corbeau, sur un if perché,

Ne faisait rien de ses journées.

Un lapin, remarquant l'oiseau,

S’adressa à lui en ces mots :

- Moi aussi je voudrais m'asseoir

Et ne rien faire, matins et soirs…! 

Le corvidé, l’oreille au vent,

N’émet aucun inconvénient ;

Il dit que les droits syndicaux

Sont étendus aux lapereaux.

Lors, le lapin s'assied par terre,

Bien décidé à ne rien faire.

La chose eût  été agréable

A celui qui souvent gambade,

Mais il était si mal planqué

Qu’il ne vit Renard arriver.

 

C’est ainsi que sous un grand if,

Dents aux aguets, l’œil furtif,

Le prédateur, cherchant pitance,

D’un bon civet fit abondance.

 

Il n’est de fable sans devise,

Celle-ci sera sans surprise :

Je clame fort que pour "buller"

Il vaut mieux être haut placé…!



KERFON LE CELTE


 

N"o


 

 

 

 

Evangile... selon Kerfon...!

KERFON LE CELTE — Fantaisie

 

Première édition de ce texte le 14/05/2010 

 

 

Les miracles… !
 

null 

Mais si, mais si… !

Je vous prie de croire que cette histoire est vraie…

 

 

  Jésus, très assoiffé en descendant sur terre,

Vient boire un panaché au bar « Le Jupiter ».

Fernand, le vieux patron diagnostiqué basique,

Sourd à la religion est un nanti sceptique…

 

Jésus est disposé à montrer patte blanche.

Il a, pour épater, plus d'un tour dans sa manche.

Il pose alors ses mains sur un handicapé

Qui se lève soudain de son fauteuil usé…

 

Un tour ne suffit pas, Fernand veut encor voir.

Pour Jésus : tralala… c’est banco… sans histoire.

Il impose les mains sur un jeune amblyope

Qui se targue, serein, de trouver seul les chiottes…

 

« Jésus t’es naze… ! Arrête… !  » intime alors Francis

Qui rompt soudain sa diète avec un blanc-cassis,

Mais Jésus, vent en poupe, est prêt pour le triplé :

Il tient ici un scoop et entend confirmer…

 

La foule est en délire et, apprenant le show,

Des dizaines de sbires entrent dans le bistro ;

Jésus a pour dessein de faire encore plus fort,

Alors il tend ses mains pour atteindre Victor…

 

« Non ! Ne me touche pas ! » lance l’homme visé

Qui recule d’un pas avant de s’expliquer :

« Je suis un fonctionnaire en arrêt maladie,

Un mieux-être, c'est clair, me pourrirait la vie… ! »

 

 

KERFON LE CELTE


ligne.gif





 

Rien ne va plus, les oeufs sont frais...!

KERFON LE CELTE — FABLES

 

Rien ne va plus,

les oeufs sont frais…

oeuf2.gif 

La rumeur n’est point tendre au sein du poulailler,

Un fort relent d’esclandre anime la veillée,

L’une des poules chante à la gloire d’un œuf

Lors, ses sœurs sous-entendent un binz gros comme un bœuf…

 

La poulette aux os verts, bien que nommée « Bio »,

Pour un souci d’ovaires est promise au billot,

Elle ne doit la vie – selon une pondeuse -,

Qu’au besoin de grisbi d’une mère porteuse…

Dans la communauté les belles se torturent,

Doivent-elles en parler à la magistrature ?

Le banco à bancs coqs vaut son chemin de l’oie

Quand on sait que le Proc (*) en un dé d’eau se noie…

On en vient au procès, l’œuf est mis sur le plat,

Jugé un peu mollet, il ne se défend pas,

« Inscrivez, cher greffier ! » braira le magistrat :

« Le reclus doit aller vivre en orphelinat… »

 

Quand une poule chante à la gloire d’un œuf,

C’est que la vie l’enchante à l’idée du sang neuf ;

Il vaudrait mieux parfois, pour contrer l’aveuglette,

Faire taire la loi et sa faim d’omelette…

 

(*) = lire procureur...

 

KERFON LE CELTE

 

ligne.gif

 

 

 

 

 

Les deux lombrics et le jardinier écolo...! (fable)

KERFON LE CELTE — FABLES

Fable déjà éditée le 01 06 2010

 

Les deux lombrics
et
le jardinier écolo… !

 

 

 

musique...Ctrl + clic... 


"Éco" - un ver de terre - et son ami "Logic"
Avaient fait le plein d’air au jardin de Cédric.

Ils avaient retourné, pour exprimer un blues,

Un bon mètre carré d'une verte pelouse…

 

L’infortuné Cédric constatant les dégâts

Eut, pour ces deux lombrics, l'envie d’assassinat ;

Voir ainsi ses brins d'herbe aux mains de "gardes-boue "

L’avait rendu acerbe et prêt aux mauvais coups…

 

  Sachez, frères vivants, que les vers évoqués

Sont les amis filtrants d'armées de jardiniers ;

Cédric, empli de foi , pardonna aux rampants

Mais pria Saint Eloi pour qu’ils foutent le camp …

 

Je n’aime pas beaucoup emprunter les devises,

Pourtant, je vous l’avoue, cet emprunt est de mise.

J’approuve le constat qui jadis m’agaça :

" Un premier ver, ça va… deux : bonjour les dégâts… !  "

 

KERFON LE CELTE
 



ligne.gif
 

 

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog