Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
KERFON LE CELTE...

KERFON LE CELTE...

Un homme à fables qui a plus d'un tour de conteur....

Partager cet article

Repost

L'instant Saint Valentin...!

KERFON LE CELTE — Fantaisie

14/02/2009...


Saint Valentin...!


  



C’est la Saint Valentin alors, seuls ils s’en vont

 Se faire un tour de Rhin à l’abri des lampions ;

Le soleil s’est éteint et la lune soupire,

Dans l’attente du brun ils parlent d’avenir...

 Il trop tôt pour lui de causer mariage,

Son œil malicieux luit : il mate le corps sage ;

Elle, est déjà demain et rêve sans complexe,

Il tâte le terrain pour ôter le « playtex ® »...

Une fraîcheur chatouille un sens exacerbé,

Insidieuse elle mouille (*),  au diable l'effrontée,

C’est encor février, la frisquette saison,

Trop tôt pour espérer butiner le gazon...

 Je vous offre le choix d’imaginer la suite,
Laissez faire l’émoi dans le respect du rite,

C’est la Saint Valentin, alors eux ils s’en vont

Se faire un tour de Rhin à l’abri des lampions...

 

(*) = la fraîcheur…

 

Bonne fête à tous les amoureux…

 

KERFON LE CELTE

ligne.gif

 

 


 

Kerfon Crusoé...!

KERFON LE CELTE — Humour

 

Kerfon Crusoé

 

Si j’étais le héros d’une histoire à la con,

Je serais, aimant l'eau, Crusoé Robinson ® ;

J'errerais, sans remous, au bord du Pacifique,

Sans me prendre le chou avec la politique.

 

Je vivrais de la pêche et de l'air du beau temps,

De noix de coco sèches offertes par le vent,

Je plongerais tout nu dans le bel océan

Sans besoin, ça pollue, d’un gel douche moussant. 

 

Je ferais abstinence - la quiétude a son prix -,

J’aime trop le silence et, après tout, tant pis ;

Malheur cependant si, cablée libido,

Une chèvre, bêlant, s'exibait sur l'ilôt…

 

Et je regarderais, de loin, les bons à rien

Mentir sur leurs projets aux veilles des scrutins ;

Et je rigolerais à les entendre dire

Que demain sera gai alors qu’il sera pire.

 

P.S

 

Sur mon île sauvage, édulcorant l’écrit,

J’occulterais les pages allouées à « Vendredi » :

J’ai crainte que, mesquines, une ou deux citoyennes

M'expédient la "Martine "  ou encor "Ségolène"…

 

 

 

KERFON LE CELTE

 

 

 

 

 

ligne.gif

 

 

  

Chéres politiciennes, très chers politiciens,

 je trouve que vous poussez, dans l'amer,  le bouchon un peu loin....

 

La drague....

KERFON LE CELTE — Humour

 

La drague...

 

     

http://gifs.toutimages.com/images/perso_divers/femmes/femme_046.gif

 

Toi, je te vois venir avec tes gros sabots,

Ton style homme menhir, ton bronzage tourteau,

Si pour qu’un soir j’en pince il suffisait d’un slow,

Y’a longtemps qu’un beau prince ornerait mon pajot… !

 

Ce n’est pas parce que je fais tapisserie

Que je vais, pour tes yeux, tomber en hystérie,

Des hommes comme toi, en quête d’aventures,

    Tournent autour de moi et j’en sais les morsures !

Si tu veux m’aguicher par des mots éternels,

Je t’entends arriver avec tes ritournelles,

Rien me m’enchante, vieux, cesse tes vocalises,

Pour atteindre mon pieu le chemin vaut banquise !

 

Tu peux, brûlant d'envie, m’offrir le premier verre,

Un cognac un whisky ou encore une bière  (*),

 Certains soirs, en effet, je bois jusqu’à la lie,

Sans que celui qui paie se glisse dans mon lit !

Tu peux, tant que tu veux et avec maladresse,

Faire tournoyer le porte clé « Mercedes ® »,

Pour me faire avaler ce truc gobe-pigeons,

Il te faudrait ôer ta pince à pantalon

 

Toi, je t’ai vu venir avec tes gros sabots,

Ton envie de finir ta nuit dans mon dodo,

A moins de m’épouser ne compte pas en jouir :

J’ai cinquante ans passés... et l’hymen de cueillir…

 

(*) À consommer avec mode et ration…

 

KERFON LE CELTE

 

ligne.gif

 

 

 

 

 

Vous ! J'vous ai à l'oeil...!

KERFON LE CELTE — Humour

 25/01/2011

 

 

J’vous ai à l’œil… !

 

 oeil.gif

 

Cette fiction  est entièrement vraie,

 puisque je l'ai imaginée du début à la fin.

 

« Vous ! Je vous ai à l’œil ! » semble dire le sbire

Qui, bouffé par l’orgueil,  me zieute sans rien dire ;

Aucun type, avant lui, ne m’a fixé ainsi,

Ses drôles de manies m’annoncent des ennuis !

 

« Qu’est-ce qu’elle a ma gueule ? », aurait braillé « Johnny »,

En voyant ce bégueule insister sans un bruit,

J’aurai dû me méfier en entrant tout à l’heure,

Parmi ces gens croisés aucun n’était rieur.

Pour l’instant, dans le brun, je suis assis, inquiet.

Sur le mur blanc, au loin, défile un alphabet.

Tout-à-coup un éclair me percute l’œil droit,

Ce n’est pas pour me plaire et mon doute s’accroît…

 

Je finis par douter, je reste sur mes gardes.

    Toujours déterminé, le type me regarde.

Le voici qui revient et sort l’arme secrète :

Il m’instille, sans fin, un poison en dosette !

L’acide me fait mal ! ce maniaque est un fou !

Un torrent lacrymal cascade sur mes joues !

Je voudrais m’essuyer, je cherche mon mouchoir,

Mon bourreau patenté me prie de laisser choir …

 

Il me libère enfin, je cours dans le couloir,

J’y vois de moins en moins, je heurte le comptoir,

Une nana m’alpague, elle en veut à mes ronds,

Mon cœur bat la chamade et je paie la rançon.

Non ! Je ne viendrai plus au 3, rue « Emma Tôme »,

Cet immeuble cossu cache, en fait, un glauque home,

Cette déconvenue m’inspire de facto :

« Mieux garder sa berlue que de voir l’ophtalmo… »

 

 

KERFON LE CELTE

 

ligne.gif

 

 

 

 

Les tribulations d'un vigneau...!

KERFON LE CELTE — FABLES

 

16/10/2012

 

Ci-gît l’vigneau… !

 

bigorneau.gif

 

Par un jour gris de mai, sa maison sur le dos,

Un vigneau fit projet d’un voyage écolo ;

La patience usée par de longs mois d’hiver,

Il rêva d’un départ vers un soleil d’enfer.

Mais il n’est pas facile en naissant bigorneau,

De foncer vers une île au rythme d’un pied bot ;

Il eut alors l’idée de guetter le passage

D’embarcations zélées croisant dans les parages...

 

S’il cherchait un moyen pour bercer sa paresse,

Il n’était point enclin à l’excès de vitesse,

Aussi fut-il méfiant envers un multicoque

Qui avait pour penchant d’ouvrir trop grand son foc ;

Ses aïeux bigorneaux lui avaient enseigné

Que les hommes, sur l’eau, étaient des cons pressés,

Donc il n’usa pas plus à la vue de l’écume,

D’une planche pointue qui filait vers les brumes.

Il refusa aussi de venir s’aimanter

A un bâtiment gris joliment pavoisé ;

Il nourrissait la peur qu’un pacha sans aplomb

Fasse tonner, en chœur, sa noria de canons.

Il n’eut pas la candeur de se coller au fer

D’un vieux supertanker à la coque élimée ;

Il n’avait pas envie, en débarquant sur l’île,

D’être le vrai sosie de la sardine à l’huile…

 

Lors, l’indécis vigneau laissa passer les leurres

Puis s’accrocha, franco, au bois d’un caboteur ;

Hélas, cent fois hélas ce bateau sans corps-mort

Sitôt levée des nasses intrigua vers le port.

Le pauvre bigorneau ne vit jamais son île,

Il fut mis en cageot et partit pour la ville ;

Loin de son océan, goémon pour ciel de lit,

Il attend le client à la poissonnerie…

 

KERFON LE CELTE

 

Homme chiche, toujours tu chériras l'amer...

 

 

bateaux.gif

 

ligne.gif

 

 

 

 

 

 

Quand le bâtiment va, tout va...!

KERFON LE CELTE — Humour

25/03/2011 

 

Quand le bâtiment va, tout va… !

(Les Léonardo…)

 

 

 

Cette fiction  est entièrement vraie, puisque je l'ai construite du début à la fin

 

Chez les Léonardo, on ne plaisante pas.

Boulot, boulot, boulot, le reste est blablabla.

Un bon métier aux mains éloigne les tracas :

Le futur est serein quand le bâtiment va…

 

Au casting du propos, Manuel est un ténor.

Il aime les marmots et en aura pléthore ;

Tous les ans un nouveau, le rythme est dans l’effort,

Il voit, en ses petiots, un plateau de rocs forts… 

En naissant, l’arrivant sur son sort est fixé,

C’est vers le bâtiment qu’il devra s’orienter.

Je viens de vous le dire et vais me répéter :

Celui qui sait construire est sûr d’être embauché…

 

Quand un Léonardo s’éternise au lycée,

Les maths et la philo ont raison des années ;

Aussi, à sa naissance l’enfant est appelé

 A diriger ses sens vers la spécialité…

Justement, aujourd’hui, un bambin vient de naître,

S’il en ressent l’envie, il sera contremaître,

Pour cela il faut voir ce que ce petit être

    Frais sorti du pondoir a l'aptitude à être…

 

Un test est opéré sous l’œil d’un contrôleur,

L’enfant est projeté contre un mur sans couleur :

S’il y reste accroché : il sera enduiseur,

S’il touche le plancher : il sera carreleur (*).

 

   (*) : Cette histoire n'a rien à voir avec celle dans laquelle

un certain Léonard devint scie.... 

 

 

KERFON LE CELTE

 

 ligne.gif

 

 

 

 

HARDPIC LE HERISSON...!!!

KERFON LE CELTE —

 



Séverine Dalla / Kerfon le Celte
------------

Je n’en crois pas mes oreilles…

 

« Hardpic », le hérisson, lève le bout du nez,

D’un trop court roupillon le voici extirpé,

Il regarde, bougon, le grand calendrier

Et se dit, « nom de nom : nous sommes en janvier… ! »

Le maudit carillon n’a pas encore sonné,

La saison sans grillons n’en est qu’à sa moitié ;

Cependant, sur le front, la guerre est déclarée :

Un bruyant bûcheron s’est mis à tronçonner…


Hardpic1.gif


Quand on naît hérisson, dormeur invétéré,

Ça vous met le bourdon d’être ainsi réveillé,

Et pour que les ronrons puissent recommencer,

Le prince des buissons doit trouver une idée.

Autour de sa maison l’atmosphère est ouatée,

- Pour la compréhension, disons qu’il a neigé -,

Simple est sa décision, « Hardpic » doit placer

Dans ses deux pavillons de la neige tassée…


Hardpic2.gif

Le dormeur tatillon ainsi appareillé,

Fait un nouveau plongeon dans sa nuit étoilée ;

Quand, soumise aux rayons, la neige aura fondu,

C’est au chant du grillon qu’il sortira des nues …

 

SEVERINE DALLA / KERFON LE CELTE


palette-peinture.gif
Ctrl+clic
 

Ephémères rides...!

KERFON LE CELTE — Poésie

Réédition (05/12/2010)

 
***


Ephémères rides


 

 

Le bonhomme de neige

A fondu au soleil,

Ô ! Triste sacrilège,

Il était né la veille ;

Sa pipe, son chapeau,

Son faux nez, ses mitaines

Trempent au milieu de l’eau

Sous un ciel bleu-blanc-blême … 

 

KERFON LE CELTE

 

ligne.gif



 

 

Temporelle et hardie...!

KERFON LE CELTE — Fantaisie

Temporelle et hardie…
 

Légende non contractuelle... 


Si tu veux mon avis,

Mon humble réflexion,

 Je te trouve jolie

Mais fais bien attention !

   Sans arrêt la pendule

Est en révolutions,

Tu tournes, tu bascules

Et les grâces s’en vont !

Très vite la beauté

S’enfuit à tire-d’aile...

Seule, dans la durée,

La laideur est fidèle…

 

 

  KERFON LE CELTE




 

 

Tribulations d'un débirentier...

KERFON LE CELTE — Fantaisie

 

Rente habilitée…

 

 

 

Contre un sonnant bouquet, une rente indexée,

J’entre dans le concret d’une vente en viager

« Paraphez puis signez ! » m’invite, empli de tact,

Le clerc assermenté qui, d’emblée, passe à l’acte…

La course est engagée, elle pourrait durer

Si mon crédirentier, par bonheur (*) malheur (*), vit âgé…

 

 (*) = Biffez la mention inutile... 

 

 null

 

KERFON LE CELTE

ligne.gif

 

 

 

 

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>