Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
KERFON LE CELTE...

KERFON LE CELTE...

Un homme à fables qui a plus d'un tour de conteur....

Partager cet article

Un show effroi...

KERFON LE CELTE — Fantaisie

 23/07/2011

 

Un show effroi...

 

 

 

Le fleuve était jonché de glaces en déroute

Néanmoins, Jean-René sortit son casse-croûte ;

Des berges alentour fusaient divers propos

Qui n’étaient ni d’amour ni vraiment d’exquis mots... !

 

Habillés pauvrement et le souffle en vapeur,

Quatre vieux médisants l'épiaient des hauteurs ;

Ces anciens caboteurs parlaient, parlaient, parlaient,

     Et offraient au pêcheur un flot de quolibets :

 

« Regardez ce "zinzin", marin des lunes rousses,

Malgré ce temps de chien, il soupe à la grande Ourse !

L’échelle des degrés plonge au fond de l'abîme :

Nous sommes «con-gelés» et lui, en gabarre, dîne... »

 

KERFON LE CELTE

 

 

bateaux.gif

 

 

ligne.gif

 

 

 

 

 

 

Création marine...

KERFON LE CELTE — Poésie


Création marine…

 






Un jour, Dieu fit la mer, les vagues, les poissons,
Les îles solitaires au bout de l'horizon,
Puis il créa les ports, les jetées, les bateaux,
Les spis multicolores et les hordes d'oiseaux.

Quand il eut terminé de poser le décor,
Sans un temps pour souffler il redoubla d’efforts ;
Il avait les cirés – couleur jaune poussin -
Alors, pour les porter, il créa les marins.


Il manquait quelque chose et Dieu aime parfaire,
Tout lui semblait trop rose en des vagues légères,
Alors il eut l’idée, pour bousculer la fête,
Contre vents et marées d’inventer la tempête…

 

 


KERFON LE CELTE



ligne.gif

 

 

 




 

 

Baladin baladeur...

KERFON LE CELTE — Poésie

Texte " évadé " de mon recueil

 

"Panne des Sens"

 

oooOooo

 

 

 

Baladin baladeur...

 
 

baladin 

 

 


"Baladin baladeur"

Voici mon étiquette,

Je colporte mon cœur

Partout à l’aveuglette ;

Je ne fais que passer,

Egrenant des couleurs,

Je suis un messager :

Baladin baladeur… !

 

"Baladin baladeur"

J’arrive par surprise,

Le temps, carillonneur,

Sur moi n’a pas d’emprise ;

Sitôt qu’il m’est donné

De trouver un bonheur

Je le fais prisonnier,

Baladin baladeur… !

 

"Baladin baladeur"

Je boucle ma valise,

Je m’en vais voir ailleurs

Aux hasards d’autres bises ;

Je reviendrai un jour,

Veuillez sécher vos pleurs,

Mon voyage est d’Amour  :

Baladin baladeur… !

 

 

KERFON LE CELTE

 

 pannedessens3089lp4.jpg

 

ligne.gif

  

 

 NDLR : Certain(e)s ont tellement aimé ce texte qu'ils l'ont repris à leur compte

et, sans vergogne, honteusement signé..

 

CECI CONSTITUE LE DÉLIT DE PLAGIAT D'UNE OEUVRE  

PROTEGÉE PAR LES LOIS DE L'ÉDITION.

(suivre les deux liens)

 

En attendant mes foudres, que la honte repose sur ces gens là !!!

 

KLC

 

Poltron minet...!

KERFON LE CELTE — FABLES

 29/11/2012

 

 

Poltron minet… !
 

chats2074pa7.gif

 

Un chat, dit de gouttière, à cheval sur un toit,

Tremblait des quatre fers comme un fauve aux abois ;

Pour en arriver là cet obsédé des belles

Fantasmait d’entrechats sur le septième ciel…

 

S’il eût été plus mâle, s’il eût été moins gros,

Pour se faire la malle, il eût tenté un saut ;

Au lieu de ça, le gueux miaulait à qui mieux-mieux,

Faisant lever les yeux aux coutumiers des lieux.

  Il reçut le secours d'un duo de pompiers

Armés d’une bravoure aimable à souligner ;

C'est donc par l'échelle que le poltron minet

Retrouva son écuelle et son coussin douillet…

 

L’animal échaudé, sitôt redescendu,

Jura, griffes rentrées, qu’on ne l’y prendrait plus ;

L’histoire finit bien mais sachons gamberger

Sur le réel besoin des ébats haut perchés…

 

KERFON LE CELTE

 

 

ligne.gif

 

 

 

 

 

Amours d'anoure...

KERFON LE CELTE — FABLES


Amours d’anoure…


(ou les tribulations d’un prince sauteur…)
 

 

 

Sauteur invétéré malgré la canicule,

Le crapaud Barnabé promène ses fistules ;

Il s’est mis dans la tête - et c'est toute l’histoire -,

D'honorer la Rainette, idylle du lavoir…


L’amphibien susnommé, pour une galipette,

Se moque des dangers qui, en chemin, le guettent ;

Il s'est amouraché de la déesse verte

Qu’il doit aller charmer en zones découvertes…  

Au milieu du chemin, le dragueur au sang chaud

Se sent le coeur léger en croisant des autos ;

Il aime la fraîcheur du courant d’air perfide

Distribué, sans douceur, par les nombreux bolides…


En une heure et demie, Barnabé touche au but.

L'autoroute franchie, il sera face au rut.

Mais c'est trop vite dit,  la Camarde le guette,

Un gros camion (*) surgit décrétant l’arrêt net … !

 

(*) = Rappel : l'autoroute est royaume d'essieux.


 

 

KERFON LE CELTE

 

 

 

 

La complainte du sans papier...!

KERFON LE CELTE — Fantaisie

  06/10/2008 

 

 

La complainte

 du sans papier… !
  

 

     

Je suis seul, sans papier, je ne sais plus que faire,

En cet endroit, cloîtré, je n’ai que la prière,

Pas l’ombre d’un passant pour croiser ma lumière :

Ce monde, indifférent, se fout de ma galère.

 

Je suis seul, sans papier, et pourtant j’aimerais

Qu’un de ces policiers découvre mon secret ;

Voici venir la nuit et ses rondes légères :

Rares sont les képis près de ma souricière.

 

Je suis seul, sans papier, le froid devient piquant,

Il me faudrait oser mais je suis hésitant,

J’aimerais me lever, m’en aller en courant,

Le risque est élevé, je dois rester prudent.

 

Je suis seul, sans papier, je voudrais prendre l’air,

J’ai beau m’égosiller, nul n’entend ma prière ;

Je n’ai plus qu’à pleurer, ma faute reste entière :

J’aurais dû vérifier en ouvrant le water… !

 

 

KERFON LE CELTE

 

 

 

 

 

ligne.gif

 

 

 

 

 

 

Le baroudeur et ses enfants (fable version KLC)

KERFON LE CELTE — FABLES

 

Fable déjà éditée le 14/01/2011

 

Le baroudeur et ses enfants.

(histoire puisée à l’eau de la Fontaine)

 

 

agriculteurs.gif

Faux et usage... 

 

Ce récit, que je situe en un pays imaginaire, est une œuvre de pure fiction.

Par conséquent toute ressemblance avec des situations réelles, des personnes existantes

 ou ayant existé, ne saurait être que fortuite.

 

Réclamez ! Réclamez !  Ne fouillez plus la benne :
Jetez-vous sur ces fonds tant qu'ils ne manquent point.

***

Un chiche baroudeur fit venir ses enfants

Par l’avion gros porteur dit du regroupement ;

Il fit venir aussi, chacune ayant une aide,

Ses six saintes chéries qui languissaient au bled.

 

« Gardez-vous  leur dit-il de chercher un boulot,

Ici c’est inutile, y’a bien mieux pour l’euro !

Il suffit de frapper à une bonne porte

Et de tout exiger de la manière forte :

- En frappant fort ici vous aurez les alloc...

- En cognant par ici vous aurez le manioc...

- Pour obtenir, gratuit, un gourbi bien plus grand

Allez bousculer l’huis du « Droit au Logement ».

 

Les tout nouveaux venus apprirent la leçon.

Et de leurs poings cognèrent avec obstination.

Ils obtinrent au bruit - bien mieux que par la loi-,

  Les mêmes droits acquis que ces cons de Gaulois .

Le temps passa tout mou et, naturellement,

Vinrent ainsi, de partout, des sakiehs d’impétrants ;

Plus il en débarquait plus le pauvre autochtone

Travaillait, travaillait et partageait sa pomme.

A être chaleureux il arriva bien vite

Ce que tous les matheux  appellent la faillite :

Il y avait, à table, plus de becs à nourrir

Que de contribuables à ramer et sourire...

 

Le petit jeu cessa, faute de pain, de beurre.

L’absence de choux gras fit fuir les baroudeurs,

Le pays en question n'était plus qu'un vieux leurre :

Pour la grande illusion il fallut voir ailleurs…

 

KERFON LE CELTE

 

ligne.gif

 


 

 

 

 

Le chapeau mou...!

KERFON LE CELTE — Poésie


CHAPEAU MOU…. !

 

 

J’ai porté le bonnet le képi le calot

Ainsi que la casquette,le bob et le chapeau ;

De nombreuses coiffures ont couronné ma tête

Modelant un moment de tristesse ou de fête…

 

Avec le gros bonnet, j’avais la tête au chaud,

Les oreilles couvertes, à l’abri des ragots ; 

Avec le léger bob, les jours de grand soleil,

J’avais la tête à l’ombre, les idées en sommeil…

 

J’ai porté la casquette un peu plus que mon tour,

Je n’étais qu’un vilain vissé de cet atour ;

J’étais vite affublé d’idées particulières

Bien que n’ayant jamais la visière en arrière…

 

Le képi, le calot, m’ont procuré le pain

Et n’en déplaise aux cons je n’ai jamais eu faim ;

Mais ces coiffures s’usent, il faut les remplacer,

Ou alors, c’est moins sûr, fuir les nobles métiers…

 

Il n’est que le chapeau que je n’ose trop mettre,

Peut-être parce qu’il est symbole des ancêtres,

Il faudra bien, pourtant, qu’un jour aux idées floues

Je pense à m’acheter l’ultime chapeau mou… !

 

 

KERFON LE CELTE

 

TU GARDES LA MAISON...!

KERFON LE CELTE — Humour

 

Tu gardes la maison...!

 

 

 

 "Tu gardes la maison ! "  me dit parfois mon maître,

S’il vient un sauvageon tu as tes crocs à mettre,

Je n’aime pas pourtant lorsque son ordre fuse

Surtout qu’en ce moment, je trouve qu’il abuse…

 

Qu’on pique son pognon, ce n’est point mon affaire,

Il est pété de ronds (1) et puis à quoi ça sert,

Je suis très courageux mais pas trop téméraire :

J’aime mieux mon moelleux qu’un coup d’pied au derrière…

 

S’il vient un sauvageon je le laisserai faire,

La grosse caisse à sons (2) serait la bonne affaire,

Elle m’empêche, le soir, sagement de ronfler

Tout contre l’accoudoir en cuir du canapé…

 

Mais si le sauvageon en veut à mes croquettes,

Je peux, d’un seul rebond, lui saisir la gambette,

J’informe les voleurs qui veulent me priver

Que je sais la valeur de la chose à garder…

 

1 = Ou bourré de fer si vous préférez…

2 = Poste de télévision…

 

 

KERFON LE CELTE

 

 

Le monde et les temps changent...!

KERFON LE CELTE —

« Le monde et les temps changent… ! »

 

J'ai la gaule et cherche l'oie...

 

 

Cher Nico Sarkozy et cher François Hollande,

Oyez ce que je dis et faites ouïr vos bandes ;

J’ai la rate au bouillon d’avoir trop vu vos gueules :

« Cassez-vous pauvres cons » : camomille et tilleul…

 

Ce propos, à l’ébauche, est fait pour les mains moites,

Qu’elles soient ancrées à gauche ou bien encore à droite ;

Je ne vous parle pas des partis dits ‘extrêmes’,

Toujours prêts au combat… à la tarte à la crème…

 

Quant aux grands débateurs de la télévision,

Qu’ils aillent, aussi ailleurs, pour offrir leurs leçons ;

Qu’ils partent au charbon clamer la science infuse

Ou cessent, pour de bon, ces mots dont ils abusent…

 

« Le monde et les temps changent » et, pour citer Dylan,

Promettre, tel un ange, est fou, comme dit l’âne,

« Si vous n’avancez pas, vous serez submergés »

Votre futur combat nous fatigue d’entrée…

 

Voilà, ma messe est dite, y’a pas de solution,

Sauf si l’envie subite entraîne mon action ;

Dans ce cas-là, très chers, sans villes intention,

J’invite sœurs et frères à voter pour « KERFON ».

 

KERFON LE CELTE

 

 

 

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>